Avant d’aller en entretien, vous devez toujours prendre un peu de temps pour vous mettre dans la tête du recruteur pour mieux comprendre et interpréter les questions qu’il va vous poser…que veut-il savoir : si vous avez les compétences pour le job, si vous êtes motivé, quand vous êtes disponible ? Ce sont les 3 questions principales qu’il va se poser, bien sûr il y en a d’autres mais elles seront accessoires si vous avez rassuré le recruteur sur ces 3 premières questions.

 

Les questions classiques

Méfiez-vous des questions classiques/simples qui peuvent donner beaucoup d’information à un recruteur. -Comment avez-vous connu notre entreprise : nécessité de mettre en valeur une démarche constructive même si c’est potentiellement du pur hasard… -qualités/défauts : qualités associées au poste et défauts qui ne soient pas rédhibitoires -quel est le poste idéal que vous recherchez ? attention, warning, l’idée est de faire un mix entre le poste auquel vous postulez aujourd’hui et celui auquel vous pourriez prétendre dans 2/3 en ayant plus d’expérience… pourquoi ?

cela montre au recruteur que votre projet professionnel est clair, que vous n’êtes pas là par hasard, vous avez réfléchit à ce que vous voulez faire à moyen terme et vous pensez même qu’en intégrant cette société, vous allez avoir la possibilité d’évoluer vers ce poste. -quelles sont vos hobbies ? un sport d’équipe montre par exemple que vous savez travailler en équipe, vous mettre au service du collectif, si vous pratiquez la compétition, on sait que vous avez l’habitude de ne rien lâcher – qu’est ce qui vous motive dans la vie ?

Les questions sur VOUS

Les questions les plus récurrentes seront les questions qui portent sur vous, qui vont permettre au recruteur de vous connaitre, sur vos expériences professionnelles, comment vous vous êtes sorti d’expériences difficiles, ce que vous en avez appris : pourriez vous m’en dire plus sur tel projet?

Les questions pièges

Il n’y pas de questions pièges, une question deviendra piégeuse si vous n’arrivez pas à expliquer vos motivations, vos succès, vos potentiels échecs, qui vous êtes, la clé est donc de vous connaitre vous. Ne perdez pas de vue que les réponses que vous allez apportées sont importantes mais ce qui est encore plus important c’est la manière avec laquelle vous allez y répondre : le non-verbal, votre attitude. Votre attitude va beaucoup plus marquer un recruteur (bonne ou mauvaise) que vos réponses. Exemple : il y a fort à parier que lorsque vous aurez démarré dans l’entreprise, au cours d’une conversation, votre boss vous dise « ah oui c’est vrai toi tu aimes le foot, ou le rugby, la natation ou que sais-je » car il avait complètement oublié.

Vous pouvez également vous abonner à la chaîne Youtube Régis the recruiter sur laquelle vous trouverez de nombreux conseils!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *